A l'ombre des mots & Les Collections Éphélides
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

A l'ombre des mots & Les Collections Éphélides

La magie de la poésie
 
AccueilPortail.S'enregistrerConnexion
-27%
Le deal à ne pas rater :
40€ de remise sur les baskets Nike Air Max 2090 (via code promo)
110 € 150 €
Voir le deal

 

 Zahhâk

Aller en bas 
AuteurMessage
Shâhin Doshmanesh
Petite flamme.
Petite flamme.
Shâhin Doshmanesh

Masculin Nombre de messages : 146
Age : 55
Localisation : IRAN
Date d'inscription : 13/04/2015

Jeux du forum.
Points du joueur.:
Zahhâk Left_bar_bleue100/100Zahhâk Empty_bar_bleue  (100/100)

Zahhâk Empty
MessageSujet: Zahhâk   Zahhâk EmptyDim 19 Avr 2015 - 15:28

Et Satan embrassa les épaules du roi
Puis disparu soudain dans la terre; et l'effroi
S'empara de la cour, qui resta ébahie.
Alors, deux serpents noirs, des épaules trahies
Par ces baisers nocifs poussèrent : deux vampires!
Personne auparavant n'avait rien vu de pire.
Les deux bêtes mordaient, s'acharnaient sur le roi;
La tête couronnée criait de désarroi.
Quelqu'un trancha enfin les monstrueux reptiles,
Qui comme des rameaux, repoussèrent, facile.
Les sages médecins alors se réunirent :
Chacun se proposait de les anéantir.
Mais les traitements doux et ni les plus drastiques,
Aucun ne fit effet contre les maléfiques
Créatures d'enfer ; et régnait la terreur.
Alors Satan revint en tant que guérisseur
Auprès du roi Zahhak et il lui dit ainsi:
" Indestructibles sont ces bêtes sans merci.
Pour en avoir la paix, il te faut les nourrir;
Par la cervelle humaine il faut les assouvir :
Gavez-les! les serpents finiront par mourir."
Quel était le dessein du Malin par ces dires?
.......
Après cela, l'Iran tomba dans l'anarchie.
De l'empereur Djamshid on s'était affranchi.
Chacun faisait royaume à part et combattait
Le royaume voisin. Une ombre amère hantait
Ce qui fut autrefois un empire brillant.
En Arabie, dit-on, règne un roi bienveillant...
.......
Zahhak avait mille ans. Il régnait sur le monde;
Le temps semblait propice à cet esprit immonde.
La sagesse cédait la place à la folie,
Le bonheur et la joie à la mélancolie.
Et la sorcellerie remplaçait la science;
L'obscurantisme noir s'emparait des consciences.
La vertu, la droiture englouties par l'abysse
Laissaient le champ libre aux incursions du vice.
Les démons exultaient: ils avaient le bras long.
Les criminels régnaient, ainsi que les félons.
Les justes se cloitraient dans le plus grand silence
Et l'on ne disait mot sans avoir confiance.
Revenir en haut Aller en bas
 
Zahhâk
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A l'ombre des mots & Les Collections Éphélides :: Vos écrits, leurs écrits... :: Les Fables.-
Sauter vers: