A l'ombre des mots & Les Collections Éphélides

La magie de la poésie
 
AccueilPortail.S'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un heureux hasard

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Un heureux hasard   Sam 7 Mai 2011 - 15:30


Armand avait un rendez-vous important qui n'était pas dans les proches environs. Se décidant à partir, il prit son" GPS' , sans oublier ses échantillons, sa mallette, de l'argent et ses papiers car il n'avait pas bien sa tête à lui en ce moment. Il s'était une fois de plus disputé avec Anne- Sophie, son épouse. Elle avait bien changé Anne-Sophie, il ne la reconnaissait plus. Cette jeune femme si douce était devenue si amère, si autoritaire. Elle ne voulait pas du tout d'enfant , afin, comme elle disait, de ne pas voir son corps être déformé par les grossesses, et il avait accepté cette condition uniquement par amour pour elle, car à l'époque, il en était fou....
Ils se croisaient souvent, elle faisait partie d'une association caritative, seule occupation valorisante qui lui restait finalement et elle y consacrait tout son temps. Ne parlons plus de leurs rapports...ils faisaient chambre à part: madame avait souvent la migraine ou alors elle rentrait si tard qu'il ne l'attendait même plus.....
Elle n'avait plus ce charme et cette beauté naturelle qu'il aimait jadis, faute à un excès de liftings et de teintures et à une boulimie excessive de vêtements dernière tendance..Ce n'était plus 'sa' Sophie, mais une inconnue, une femme qui voulait ressembler à certaines stars qui refusent de vieillir....
Il n'avait pas le temps de s'éterniser sur sa vie et déjà son esprit était à la "mission " qu'il devait accomplir.
Il prit les clefs de sa Polo et partit "illico'".
En route, il décida finalement de modifier son trajet, car les bouchons n'étaient pas trop sa tasse de thé. Après tout, il avait de l'avance et se décida à prendre des petites routes de campagne.
Il était au téléphone, quand surgit soudainement devant lui un troupeau de brebis....Il dût braquer prestement pour éviter la collision. Réagir rapidement !...c'était renverser une chèvre ou risquer de cabosser sa belle voiture contre un arbre.
Il freina et évita de justesse le choc. Un peu secoué, il descendit de sa voiture, regarda s'il n'y avait pas trop de dégâts, puis se mit à pester contre ce troupeau; enfin plutot contre le propriétaire et s'en alla lui dire deux mots...
Il entendit un sifflement au loin et décida d'aller au devant de son auteur afin de lui dire sa façon de penser....
''Mais où est-il passé bon sang? Je n'ai pas de temps à perdre.''
Une voie cristalline se fit entendre.
Une" Manon''devant lui apparut... il n'en croyait pas ses yeux : cheveux noirs, le minois parsemé de taches de rousseur. Elle lui fit un grand sourire et il resta muet comme une carpe.
-"Bonjour" lui dit-elle
Désorienté, il ne sût pas quoi lui répondre. Elle tendit de nouveau sa main et en espéra un retour mais aucun son ne sortit de la bouche d'Armand.
-"Bonjour,; je m'appelle Iris..! ".
Armand était sur un petit nuage et voyait même des bulles de champagne autour de lui, à se demander si ce n'était pas ça le paradis. IL y serait bien resté un peu plus longtemps, mais une chèvre le bouscula légèrement et, vite revenu à la réalité,il vit la main d'Iris et lui tendit la sienne.
Il voulait juste lui faire comprendre qu'il allait manquer un rendez vous important à cause de ses" fichues " brebis mais elle lui parlait, et même s'en excusait. Elle l'invita à l'accompagner chez elle pour lui offrir quelque chose à boire afin de se remettre de ses émotions.
Au point où il en était, il n'avait plus rien à perdre, autant passer du temps avec cette "Ève" dont la bouche gourmande était une invitation à y poser la sienne. Il n'avait pourtant pas l'habitude d'avoir de telles pensées, mais il aimait ce qui était en train de lui arriver.
Elle habitait dans un joli hameau, sur une colline, sans voisin, une petite maison bucolique aux belles pierres apparentes dont l'intérieur semblait très douillet, chaleureux de part sa cheminée et de ses poutres rustiques et avec pour décor, des fauteuils en rotin et des coussins brodés dont le motif représentait un agneau...tout cela pouvait paraitre simpliste mais il s'y sentit bien. Elle lui proposa un petit gouter à sa façon, qu'il accepta, mais ne s'imaginait pas qu'elle sortirait autant de victuailles .
Il fit honneur au festin en finissant par du fromage qu'elle faisait elle-même, avec une lichette de confiture de figues maison, et d'un morceau de pain tout chaud qu'elle cuisait dans son propre four. Elle en vivait, et tous les mardi, elle allait vendre ses fromages, du lait, de la confiture, et même du pain. Cela lui procurait un maigre salaire, certes, mais elle paraissait heureuse et avait l'air de se contenter de ce peu. Elle respirait la joie de vivre et avait cette faculté à aimer les autres, de part sa façon de faire, en partageant ce qu'elle avait: généreuse femme pour laquelle le cœur d'Armand n'était pas insensible. L'heure tournait, la nuit était déjà bien avancée et le téléphone sonnait sans arrêt. Son patron qui l'engueulait, puis Anne -Sophie qui hurlait en lui demandant où il était passé, Armand leur raccrocha au nez.
Iris lui proposa gentiment de rester là. Il se mit à piquer un fard car il ne s'attendait pas à cette proposition, proposition honnête et sans arrière-pensée. Elle le rassura en lui montrant une chambre d'ami.
Il décida finalement de rester, quitte à dormir nu, car il n'était pas du genre à se déplacer avec des sous vêtements de rechange dans le coffre de sa voiture.
Cette chambre était petite mais coquette, possédait une salle de bain et des toilettes. Ce qui le surprit?... il pensait partager une salle de bain où des dessous féminins seraient suspendus. -"Arrêtes Armand de fantasmer !!"
Que lui arrivait-il? Cela faisait bien longtemps qu'il ne voyait plus les dessous de Anne-Sophie et sa libido s'était lentement éteinte, et là, elle ressurgissait. Iris lui proposa serviette et gant et le planta là en refermant la porte derrière elle. Ses yeux furetaient partout et il constatait que personne n'avait utilisé encore les produits sur l'étagère recouverte d'une fine pellicule de poussière. Des flacons portaient des noms de douceur tel que lactée-amande ou bien encore miel-acacia, et celui qui le fit sourire était violette des prés. Avait-il une tête à se plonger dans un bain de violette? Après tout pourquoi pas..?. mais finalement il prit douceur lactée, fit couler l'eau et se plongea dedans...
Armand n'avait pas vu l'heure passer car il s'était assoupi. Iris avait frappé la porte assez fortement et son rêve s'était envolé. Un rêve où il imaginait la bouche d'Iris sur la sienne. L'eau était froide. Il lui avait répondu que tout allait bien et n'avait pas très envie de remettre ses sous-vêtement...mais il n'avait pas le choix. Elle avait pensé à tout en lui laissant un peignoir pendu derrière la porte. Il attendit qu'elle s'en aille, ouvrit celle -ci et le récupéra. Des effluves de lavande s'en dégageaient et il aimait cette odeur qui lui rappelait tant de souvenirs.
Pieds nus, il regagna le salon. Iris avait mis un vinyl sur son tourne -disque. Elle ne possédait pas de chaine, de cd et de tout appareil d'usage courant chez la plupart des familles, mais cela ne le gênait pas. Au contraire, une plénitude régnait dans cette maison et il se sentait en osmose avec cela, avec cette vie simple car, inconsciemment , c'est ce dont il rêvait depuis toujours. Elle avait fait un bon feu et lui proposa de s'assoir à coté mais il préféra son tapis de laine, bien épais et visiblement plus doux. Il s'essaya en tailleur, perdu encore dans ses pensées, s'imaginant allongé sur Iris, à l'effeuiller doucement, à se délecter de l'odeur de sa peau, à l'embrasser ...
-"Armand!!!"
-"Oui.."
-"Avez vous faim?"
-"Pas très non..."
Elle apporta sur la table un velouté gratiné aux oignons au fumet appétissant et une compote coing-rhubarbe. Finalement il avait faim...Ils parlèrent tout en mangeant et il comprit qu'elle était seule et qu'elle assumait toutes les taches. Fille unique, ses parents décédés, elle avait ce courage que beaucoup finalement n'avaient pas. Il repensait à son travail, à les entendre toujours râler pour un oui pour un non sur leur condition, se plaignant sans arrêt. Il n'en pouvait plus de cette vie là, de sa triste vie privée aussi d'ailleurs! Il s'était jeté à corps perdu dans le travail afin d'enfouir sa douleur de ne jamais être père. A quoi bon cette vie sans avenir? toujours bosser, pour un meilleur train de vie, mais finalement l'argent ne fait pas le bonheur...

LE LENDEMAIN...
- Lui: ''Une nuit merveilleuse , je n'avais pas dormi aussi bien depuis des lustres et là, je faisais la grasse matinée, écoutant ricocher la pluie sur la fenêtre...pas envie de me lever. Je sentais la bonne odeur du café bien frais se glisser sous la porte. J'allais sortir de mon lit mais un coup sur le battant se mit à retentir, alors je m'enfonçais bien sous la couette et Iris entra. Un petit déjeuner copieux m'attendait dans un plateau, avec jus d'orange, pain frais , beurre salé et confiture de myrtille qu'elle posa sur mes genoux. Je me mis à rougir car son petit sourire me fit comprendre que je ne lui étais pas indifférent et j'arrivais même à me dire que je ressentais quelque chose de très fort pour elle...visiblement, elle le ressentait aussi tout en ne laissant rien paraitre.
Mais l'incident arriva, si vite...le café brûlant se renversa sur la couette. Iris ne chercha pas à comprendre. De peur que je me brûle, elle enleva la couette, et....

-Elle:''Il était nu...je devais certainement être rouge et il l'avait vu. J'aurais voulu vite sortir de cette pièce mais Armand m'en empêcha, mon cœur s'affola, ma respiration s'accéléra, j'avais si peur, peur qu'il ne se soit brulé, peur de ce que je pourrais ressentir si l'envie lui prenait de m'embrasser. Il me prit par les épaules et me parla doucement, une main apaisante sur mon visage et l 'autre qui me caressait les cheveux .
-"Chut, Iris, tout va bien, ne t'inquiètes pas..."
Je me sentais bien et je serais bien restée là, dans ses bras, mais j'avais peur. Je ne savais même pas embrasser, je me sentais stupide, gauche. Certes je lisais des livres mais ce n'était certainement pas pareil .

-Lui:''Elle avait l'air apeurée mais j'avais posé ma main sur son visage et de l'autre, je lui caressais ses cheveux longs et soyeux pour la rassurer. J'en profitais pour enfouir discrètement ma tête dans le creux de son cou et sentir les effluves de son eau de toilette citronnée... j'avais tellement envie de gouter à ses lèvres...
Elle leva la tête et je ne pus m'empêcher de poser ma bouche sur la sienne et là, je me sentis transporté dans un autre monde...c'était tellement exaltant!!
Son baiser était hésitant, timide, alors je pris mon temps. Je la sentais trembler contre moi, je ne voulais pas aller trop vite. Je voulais profiter de ces instants mais mon cœur battait très fort et j'avais envie de la posséder... je ne voulais pas gâcher ce merveilleux moment, alors je l'a repoussais gentiment. Elle ne parut pas comprendre et fronça les sourcils...
Je dus lui expliquer que je " crevais" d'amour pour elle, quitte à me tromper et à en perdre la face, mais elle répondit qu'elle voulait, là, maintenant, sur le lit connaitre l'amour, et m'avoua qu'elle était vierge. Je restais stupéfait...J'avais un peu peur car je n'avais encore jamais fait l'amour à une femme innocente et cela m'intimidait.
Alors, fou de joie d'être le premier à l'initier, à l'amener sur le chemin du plaisir, je voulus que cela soit unique pour elle comme pour moi. Je voulus l'ancrer à jamais dans mon cœur, dans mon esprit, au fond de mon âme...
Elle était là, radieuse à côté de moi. Nous nous regardions dans les yeux et j'osais lui dire:'' je t'aime'' Impatient, j'attendais sa réponse qui, hésitante d'abord, puis chuchotée tout près de mon oreille, ne tarda pas... elle me dit a son tour: "je t'aime aussi "
Revenir en haut Aller en bas
 
Un heureux hasard
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A l'ombre des mots & Les Collections Éphélides :: Le fofo des enfants. :: Contes écrits par les membres.-
Sauter vers: