A l'ombre des mots & Les Collections Éphélides

La magie de la poésie
 
AccueilPortail.S'enregistrerConnexion

Partagez
 

 J.R.R. Tolkien le père de la langue elfique.

Aller en bas 
AuteurMessage
Linda
Flamme du forum.
Flamme du forum.
Linda

Féminin Nombre de messages : 14018
Age : 47
Localisation : Là où je ne veux plus me cacher....
Date d'inscription : 14/03/2008

Jeux du forum.
Points du joueur.:
J.R.R. Tolkien le père de la langue elfique. Left_bar_bleue190/500J.R.R. Tolkien le père de la langue elfique. Empty_bar_bleue  (190/500)

J.R.R. Tolkien le père de la langue elfique. Empty
MessageSujet: J.R.R. Tolkien le père de la langue elfique.   J.R.R. Tolkien le père de la langue elfique. EmptyMar 10 Mar 2009 - 21:36

J.R.R. Tolkien le père de la langue elfique.

J.R.R. Tolkien le père de la langue elfique. 090310103547221610

John Ronald Reuel Tolkien ([dʒɒn ˈɹʷɒnld ˈɹʷuːəl ˈtʰɒlkiːn]), plus connu sous sa signature : J. R. R. Tolkien, est un écrivain, poète, philologue et professeur d'université anglais, né le 3 janvier 1892 à Bloemfontein (État libre d'Orange) et mort le 2 septembre 1973 à Bornemouth (Royaume-Uni).

Il est principalement connu en tant qu'auteur des romans de high fantasy Bilbo le Hobbit et Le Seigneur des anneaux.

Tolkien est professeur d'anglo-saxon à l'université d'Oxford (Pembroke) de 1925 à 1949, et professeur de langue et de littérature anglaise à Merton de 1945 à 1959[1]. Ami proche de C. S. Lewis, il est, comme lui, membre du groupe littéraire connu sous le nom d'Inklings. Tolkien est nommé commandeur de l'Ordre de l'Empire britannique par la reine Élisabeth II le 28 mars 1972.

Nombreuses sont les langues conçues par ce magicien francophobe et philologue, nous en parlerons mais privilégions le noble elfique.
Comment ne pas être admiratif de la beauté du langage Elfique.
Quand Tolkien inventa ses diverses langues, non seulement il créa un vocabulaire et une grammaire exemplaire, mais en plus il créa une calligraphie spécifique particulièrement belle. et c'est ce qui fascinera des générations après lui.
C'est ce qui m'a séduite en plus de sa façon de décrire, de voir les elfes.

La carrière académique de J.R.R. Tolkien et sa production littéraire sont toutes deux indissociables de son engouement premier pour la linguistique et la philologie.

Spécialiste de l'anglo-saxon médiéval ou, plus précisément, du dialecte mercien, c'était d'abord un érudit maîtrisant plus d'une dizaine d'autres langues, au nombre desquelles on peut citer le gallois (dont il donna des cours, cf. Lettres, n°7) et le finnois (qu'il découvrit par l'intermédiaire du Kalevala). Nombre de langues qui l'intéressaient vinrent donc à figurer dans ses œuvres de fiction. Ainsi qu'il le précise dans l'appendice F, section II, du Seigneur des Anneaux, Tolkien se présente, par le biais d'une mise en abyme, comme le « traducteur » présumé du Livre Rouge de la Marche de l'Ouest. Il prend en conséquence le parti de rendre les noms (toponymes ou patronymes) des peuples « humains » de son univers fictif par diverses langues réelles. Il utilise ainsi l'anglo-saxon pour les noms et la langue des Rohirrim (Eorl, Eomer, Theoden, éored, mearas, etc.) et le vieux norrois pour les noms des Nains (Dwalin, Narvi, etc.) ou encore du mage Gandalf. Les Contes et Légendes Inachevés mentionnent aussi l'utilisation de la langue gotique pour les ancêtres des Rohirrim (Vidumavi, Vidugavia).

Mais en parallèle à ses travaux professionnels, et parfois même à leur détriment (au point que ses publications académiques restent assez peu nombreuses), Tolkien se passionnait pour les langues construites. Amoureux des mots au-delà de son métier, il avait une passion qu'il appelait son « vice secret » : la construction pure et simple de tout un vocabulaire imaginaire, avec son lot de notes étymologiques et de grammaires fictives. Pas moins d'une dizaine de langues construites figurent dans Le Seigneur des Anneaux, au travers de noms de lieux ou de personnages, de brèves allusions discursives ou de chants et de poèmes. L'ensemble participe à la vraisemblance du récit, chacun des peuples de la Terre du Milieu ayant ses traditions, son histoire et ses langues.

Tolkien aborde sa conception personnelle des langues construites dans son essai A Secret Vice. La composition d'une langue, pour lui, relève d'un désir d'esthétique et d'euphonie, participant d'une satisfaction intellectuelle et d'une « symphonie intime ». Il disait avoir commencé à inventer ses propres langues vers l'âge de 15 ans, et nous pouvons probablement penser que son métier de philologue n'était qu'un des reflets de sa passion profonde pour les langues. S'il considérait avant tout l'invention d'une langue comme une forme d'art à part entière, il ne concevait pas qu'elle puisse exister sans avoir une « mythologie » propre, à savoir un ensemble d'histoires et de légendes pour accompagner ses évolutions. Il commença à concevoir ses langues avant la rédaction des premières légendes (Lettres, n°163). Considérant qu'il existe un lien fondamental entre une langue et la tradition qu’elle exprime, il fut naturellement amené à concevoir son propre « Legendarium » dans lequel ses langues pourraient s'inscrire (Lettres, n° 180).

Tolkien travailla durant toute sa vie sur ses langues construites sans jamais véritablement les achever. Son plaisir se trouvait davantage dans la création linguistique que dans un quelconque but d'en faire des langues utilisables. Si deux d'entre elles (quenya et sindarin) sont relativement développées, avec un vocabulaire de plus de 2000 mots et une grammaire plus ou moins définie, beaucoup d'autres auxquelles il fait allusion dans ses écrits sont tout juste esquissées. Il n'en reste pas moins vrai que ces diverses langues sont construites sur des bases linguistiques sérieuses, avec une volonté de respecter le modèle des langues naturelles. Par exemple, les langues des Nains (khuzdûl) et des Númenóréens (adûnaic) ressemblent par certains aspects aux langues sémitiques (« faintly Semitic flavour », Sauron Defeated, p. 241), en particulier en adoptant une structure trilitère ou en mettant en œuvre des procédés comme la mimmation. Si le quenya des Hauts-Elfes est une langue à flexions (comme le grec et le latin), son vocabulaire et sa phonologie sont conçus sur un modèle proche du finnois. Quant à la langue sindarine des Elfes Gris, elle s'inspire très librement du gallois (Lettres, n°165) dans certains de ses aspects phonologiques comme les mutations de consonnes initiales ou « lénitions ». Cela dit, les langues de Tolkien ne sont pas non plus de simples « copies » des langues naturelles et elles ont leurs propres spécificités.

Quelques-unes des langues inventées par J. R. R. Tolkien :

* adûnaic (langue de Númenor)
* khuzdûl (langue des Nains)
* noir parler (langue des Orques)
* quenya (langue des Hauts Elfes)
* sindarin (langue des Elfes de la Terre du Milieu)
* westron ou sovâl phârë (langue commune des Hommes)
* valarin (langue des Valar)
* rohirique (langue des Rohirrim)


Tolkien imagina aussi plusieurs systèmes d'écriture pour ses langues. Une écriture cursive (Tengwar de Fëanor) et un alphabet de type runique (Cirth de Daeron) sont illustrés dans le corps du Seigneur des Anneaux. Bien plus tôt, Tolkien avait aussi conçu d'autres systèmes comme les Sarati de Rúmil.

Voici un exemple de texte en tengwar :

J.R.R. Tolkien le père de la langue elfique. 090310103343890019


Et voici le poème de Tolkien dans le Seigneur des anneaux :

Français
"Trois anneaux pour les Rois Elfes sous le ciel,
Sept pour les Seignurs Nains dans leurs demeures de pierre,
Neuf pour les Hommes Mortels destinés au trépas,
Un pour le Seigneur Ténébreux sur son sombre trône,
Dans le pays de Mordor où s'étendent les Ombres.
Un Anneau pour les gouverner tous. Un Anneau pour les trouver,
Un Anneau pour les amener tous et dans les ténèbres les lier
Au pays de Mordor où s'étendent les Ombres."


Quenya
"Neldë Cormar Eldaron Aranen nu i vilya,
Otso Heruin Naucoron ondeva mardentassen,
Nertë Firimë Nérin yar i Nuron martyar,
Minë i Morë Herun mormahalmaryassë
Mornórëo Nóressë yassë i Fuini caitar.
Minë Corma turië të ilyë, Minë Corma hirië të,
Minë Corma hostië të ilyë ar mordossë nutië të
Mornórëo Nóressë yassë i Fuini caitar."


Sindarin
"Corf neledh 'nin Ellerain nui venel,
Odo'ni Nauhírath vi rynd gonui în,
Neder'ni Fîr Fírib beraid fíred,
Êr am Morchír bo morn-orchamm dîn
Vi Dor e-Mordor ias i-Ndúath caedar.
Er-chorf a thorthad hain bain, Er-chorf a chired hain,
Er-chorf a thoged hain bain a din fuin an nuded hain
Vi Dor e-Mordor ias i-Ndúath caedar."

................................................................................................................
J.R.R. Tolkien le père de la langue elfique. 100823041658652941LSJ, La coccinelle.
[/url]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.aufeminin.com/blog/laellie
Amapoesia
Flamme du forum.
Flamme du forum.
Amapoesia

Féminin Nombre de messages : 691
Age : 45
Localisation : Allorée
Date d'inscription : 31/05/2012

Jeux du forum.
Points du joueur.:
J.R.R. Tolkien le père de la langue elfique. Left_bar_bleue100/100J.R.R. Tolkien le père de la langue elfique. Empty_bar_bleue  (100/100)

J.R.R. Tolkien le père de la langue elfique. Empty
MessageSujet: Re: J.R.R. Tolkien le père de la langue elfique.   J.R.R. Tolkien le père de la langue elfique. EmptySam 3 Nov 2012 - 16:18

Eh bé... Je suis sciée.
Tu as fait de sacrées recherches, Linda !
Et alors Lui !!!
Je savais que c'était un génie, un magicien, mais j'étais quand même loin de me douter de l'étendue du phénomène !

On se sent vraiment petit, tout petit, tout petit petit...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/AmaCourtois
 
J.R.R. Tolkien le père de la langue elfique.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A l'ombre des mots & Les Collections Éphélides :: Monde Elfique. :: Ouvrez la porte. :: Différents langages.-
Sauter vers: